dimanche 30 novembre 2014

NaturEdible se mobilise pour la biodiversité alimentaire

Un durian (© Photofruit.net, B. Vandangeon)
L’alimentation moderne repose sur moins d’une dizaine de ressources naturelles, laissant des milliers d’autres dans l’oubli. Partant de ce constat quelques passionnés ont lancé le projet NaturEdible qui ambitionne de réhabiliter cet aspect inexploré de notre environnement qu’est la biodiversité alimentaire. Ce n’est sans doute pas l’impression que vous en avez lorsque vous arpentez les allées des supermarchés. Pourtant à y regarder de plus près vous vous rendrez compte que tout ce que nous mangeons est fabriqué à partir d’un nombre extrêmement réduit de ressources naturelles. Quelle que soit la période de l’année, quelle que soit la région du globe, malgré la variété des plats et des saveurs, le contenu de nos assiettes est peu diversifié. La plus grosse part de ce qu’elles contiennent est issue d’une racine, la pomme de terre, de trois céréales dominantes : le blé, le riz et le maïs, de produits laitiers et de viandes bovines ou porcines. A cela s’ajoute le sucre, présent partout et en quantité, issu pour l’essentiel de la canne à sucre. Ces quelques ressources végétales et animales concourent à plus de 80% de l’alimentation moderne et leur production massive occupe plus de 90% des terres disponibles à la culture et à l’élevage dans le monde. Ces océans de monocultures et d’élevages mettent à nu la campagne, ratiboisent les forêts, assèchent les zones humides. Ils constituent la principale cause de destruction des milieux naturels et de la biodiversité. En l’espace de quarante ans, la planète terre a ainsi perdu la moitié de ses animaux sauvages. Avec cette alimentation, nous mangeons littéralement notre planète.
Le pire est que cette alimentation n’est même pas saine. Des milliers d’études en ont démontré la nocivité. Trop transformée, trop grasse, trop salée, trop sucrée, elle est chargée de métabolites toxiques issus de la cuisson. Elle est à l’origine de nombreuses pathologies tel que l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, les cancers. La fréquence de ces pathologies lourdes met en péril nos systèmes de santé. Malgré les progrès médicaux constants et considérables, l’espérance de vie plafonne voire décline dès que la situation économique d’un pays s’aggrave.
Les initiateurs du projet NaturEdible ont décidé de réagir en créant un site web dédié à la biodiversité alimentaire afin de populariser les milliers de ressources comestibles de la nature. Pour cela, ils comptent sur la participation des internautes afin d’inventorier et évaluer chacune de ces ressources. Un chantier titanesque que seule la coopération numérique rend possible. Leurs ambitions ne s’arrêtent pas là et NaturEdible n’a pas vocation à être uniquement un wikipédia de l’alimentation naturelle. Si le succès est au rendez-vous, il doit devenir un lieu privilégié d’échange et de partage, un réseau social qui rassemble des gourmets en recherche de produits de qualité, des consommateurs attentif à l’écobilan de leur alimentation, des producteurs ou des distributeurs de ces nourritures exceptionnelles, des étudiants, scientifiques, médecins ou politiques qui s’intéressent aux problématiques de l’alimentation. L’objectif affiché des initiateurs du projet est de proposer une alternative au modèle alimentaire dominant qu’ils jugent ni soutenable, ni souhaitable. Ils entendent faire de NaturEdible la plateforme des acteurs de l’alimentation naturelle, capable de faire émerger une nouvelle filière de distribution alimentaire. Une filière respectueuse de l’environnement, qui concoure à la restauration des sols et de la biodiversité dans son ensemble et qui permet au plus grand nombre d’accéder à une nourriture saine. La date de mise en ligne n’est pas encore communiquée mais promis, c’est pour bientôt.


Nombreuses statistiques sur le site Planetoscope.
 
La Terre a perdu la moitié de ses populations d'espèces sauvages en 40 ans

Aucun commentaire:

Publier un commentaire